« Tu veux ma photo ?! »

Manier la plume n’est parfois pas suffisant. Il peut arriver que nos mousquetaires n’aient pas la langue assez tranchante pour tout raconter. D’autant plus à l’ère des 140 signes. Alors quoi de mieux, pour illustrer la légende, que des enluminures ?

La devise du communicant : « un visuel qui tue et une accroche qui déchire » (on verra là le langage fleuri de notre esthète). En d’autres termes plus connus, adage d’un magazine grand public d’informations sensationnelles : “Le poids des mots, le choc des photos”. Eh oui, même si les rhéteurs que nous sommes ont parfois du mal à l’admettre, Eikôn (qui donne icône en français) prend le dessus dans le gang du sens. Éthos, Pathos et Logos, les mousquetaires du discours, n’ont qu’à bien se tenir. Ils sont certes millénaires, mais Eikôn a vu l’homo erectus devenir Homme. Avant de discourir au Sénat romain,celui-ci gribouillait sur les parois de sa grotte. Tout comme Legenda, elle traverse les âges : effigie, portrait, tableau, kakémono, dessin, illustration, photo, Snap, Insta… L’image fait désormais tourner le monde. Elle est partout.

L’origine du monde continue de faire frémir les censeurs
Une image doit vous parler. Et ce qui est pratique, c’est qu’elle ne vous demande pas votre avis. Paf, trop tard, le visuel est sous votre nez et votre cortex démarre instantanément. Car Eikôn est bavarde. Elle réveille en vous des sentiments enfouis, forts : émerveillement, dégoût, tristesse, joie, plaisir… Elle vous fait atteindre une réalité qui n’est pas toujours la vôtre et fait le lien avec l’altérité. Comment ? D’abord, comme pour toute forme de discours, en portant un message. Puis en utilisant des références partagées, des indices culturels pour ne pas vous perdre. Et surtout de quoi vous rendre curieux, vous donner envie de regarder. Si, en plus, Beau et Vrai passent par-là, c’est gagné. Pensez aux anciennes publicités Benetton.

N’est pas Eikôn qui veut
Mais attention, n’imaginez pas qu’il suffise de mettre une « jolie » image vide pour que le tour soit joué. Eikôn est exigeante. Elle a le goût sûr et un besoin inassouvi de sens. Ne croyez pas non plus qu’il faille multiplier les stimuli. Eikôn se lasse vite. Elle zappe. Aussi, voici notre conseil : quand vous choisissez un visuel pour la couverture de votre magazine ou pour illustrer un article sur votre site Internet, pensez à elle, ne cédez pas à la facilité et cherchez l’image qui émouvra (si, c’est du français) votre cible.