Exercices de style

Business conflict - casual business people arguing at the office

Pour cette quatrième leçon, les rhêteurs se sont pliés à un exercice d’écriture. Trois histoires différentes pour décrire en 500 signes ce qui se passe dans cette photo. Le choix du jury.

Business conflict -  casual business people arguing at the office

1 – Style : drame intense
Brandon n’est pas le futur père de l’enfant que porte Maureen (à gauche). C’est Jenifer (à droite).

Brandon sentit son univers s’écrouler tandis que ses mains moites tenaient la preuve accablante : il n’était pas le père du futur Brandon Junior, c’était Jenifer ! Cette trahison était insoutenable et son esprit refusait l’évidence. Peut-être que le docteur Mc Coy s’était trompé ? C’était forcément lui avait fécondé Maureen ! Pourtant, une part de lui-même se rappelait qu’elles avaient été amantes, peu de temps avant l’opération de changement de sexe de Jenifer, Jean-Claude Bidet, de son état civil.

Cette version a été écrite par Serge.

2 – Style : dialogue intérieur
Charlène vient de renverser son café Lungo sur sa console de Minutemen qu’elle a en charge et envoie un missile nucléaire droit sur Pyongyang. Elle nie, alors que tout le monde l’a vue faire.

 » Eh merde. Qu’est-ce que tu es maladroite! Au prix du café bio-équitable, c’est malin. Bon tu vas essuyer avec ton pull… (Fabrice fait une drôle de tête.) Non… Ah bravo, tu viens de déclencher une guerre. Respire… Respire… Respire. Tu es en stage depuis deux jours et tu déclenches une guerre mondiale. Sans rire. (Léa me dévisage, livide). Respire… éponge tranquillement la console comme si de rien n’était. Va fumer une cigarette. Tout ceci n’est jamais arrivé. »

Cette version a été écrite par Aurélie.

3 – Style : reportage journalistique
La direction veut pratique un management innovant : elle enferme à la cave les salariés par groupe de trois pour décider lequel d’entre eux continuera sa carrière ailleurs.

Une entreprise française se lance dans le management 8.02, pratiqué depuis de nombreuses années dans les entreprises russes. Les salariés, librement consentants, bien sûr, sont enfermés par groupe de trois à la cave. Lors de ce moment riche en convivialité et en proximité, ils doivent décider conjointement de l’élimination d’un des membres du groupe. L’occasion de tisser de véritables liens au sein des équipes et de gagner en efficacité. Cette méthode, qui a largement fait ses preuves au sein des structures qui l’appliquent, tend à se développer et se répandre dans tout le monde entrepreneurial. Affaire à suivre donc !

Cette version a été écrite par Mégaëline.

Source d’inspiration : Exercices de style par Raymond Queneau. Forcément.